L¿impact des réseaux d¿acteurs sur le transfert des recommandations de l¿enquête PISA en Communauté française et en Communauté flamande de Belgique [The impact of actor networks on the transfer of the recommandations of the PISA survey in the French Community and the Dutch Community of Belgium]

SLV (Stéphane) Moyson

Research output: Contribution to journalArticleAcademicpeer-review

Abstract

L’enquête PISA est un programme de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) . PISA vise à évaluer et à expliquer les acquis des élèves de 15 ans dans les Etats participants. Sur cette base, des recommandations sont formulées à ces Etats. En Belgique fédérale, les entités fédérées sont responsables de l’enseignement obligatoire : la Communauté française et la Communauté flamande prennent dès lors part à l’enquête PISA. A côté de ses résultats proprement dits, l’enquête PISA peut être envisagée comme un dispositif dont il est intéressant d’étudier les tenants et aboutissants juridiques et politiques. Ainsi, des études empiriques ont déjà diagnostiqué l’impact de l’enquête PISA sur les politiques publiques des Etats participants et l’ont attribué, par exemple, à une forme de « soft governance » ou encore à la mise en œuvre d’une « méthode ouverte de coordination ». Mais le rôle particulier des acteurs individuels ou organisationnels dans le processus de transfert n’est pas mis en évidence dans ces travaux. Pourtant, cette analyse n’est pas sans importance. Par exemple, attribuer le succès du transfert à la mobilisation des responsables de l’enquête ou bien à celle de décideurs politiques nationaux a des implications très différentes. Dans le premier cas, il pourrait s’agir d’une forme d’imposition top-down des conclusions de l’enquête. Dans le second cas, il pourrait s’agir au contraire de leur appropriation par le bas (bottom-up). L’explication du transfert, singulièrement dans le cas des recommandations de l’enquête PISA, a donc tout intérêt à accorder une attention particulière aux acteurs individuels et organisationnels. Cet article a pour objectif de montrer le rôle de la structure des réseaux d’acteurs dans l’explication des transferts de politique publique. Nous avançons l’idée que la capacité d’un réseau d’acteurs à opérer un transfert de politique est garantie par son degré de fermeture à l’égard de l’ensemble plus large des personnes impliquées dans la politique publique – la « communauté de discours » – et dépend de son aptitude à entretenir en son sein des liens inter-organisationnels forts. Ces hypothèses seront testées en Communauté française et en Communauté flamande de Belgique. Plus particulièrement, nous nous intéresserons respectivement au Contrat pour l’école et au nouveau système de financement de l’enseignement obligatoire, deux programmes fortement influencés par les recommandations de l’enquête PISA.
Original languageFrench
Pages (from-to)445-466
Number of pages22
JournalAdministration publique: Revue du droit public et des sciences administratives
Volume34
Issue number4
Publication statusPublished - 2010
Externally publishedYes

Cite this